Foursquare vs traffic building : opportunités et dangers (part III)


Réagir aux avis publiés !

Au même titre que Facebook ou Twitter, Foursquare et les autres applications de géo-localisation, sont des portes-voix utilisés par les shoppers-consommateurs.  Et quand ils ne sont pas contents : ils le disent.

Lors d’un check-in dans un Carrefour Market de la région bruxelloise, nous pouvions lire qu’un shopper (venu deux fois à un mois d’intervalle) semblait atterré par son expérience de shopping (voir ci-dessous).

Les commentaires ont beau avoir été postés il y a plus de cinq mois, ils sont disponibles et consultables par n’importe quel shopper qui s’apprêterait à passer la porte d’entrée.  Celui qui ne connait pas ce Carrefour Market pourrait être tenté de passer son chemin.   Que le message posté soit justifié ou non, importe peu. Il est indispensable que le magasin gère cette information, la traite, la commente et démontre son interaction avec  ses clients.

What’s next ?

0,6% de 6,5 millions d’utilisateurs de Foursquare seraient belges, soit 39.000 personnes.

Même si ce nombre ne permet encore de prétendre que Foursquare soit une application mainstream, l’utilisation de solutions de géolocalisation suivra une tendance qui nous arrive tout droit des pays anglo-saxons.

Retenons que ce serait une erreur de considérer ces applications comme des gadgets qui n’ont que très peu d’impact sur les comportements d’achats.  Inexorablement il va falloir les intégrer dans le processus global de gestion de la relation-client.

Bookmark and Share

View Vincent De Coster's profile on LinkedIn

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s